Qu’est-ce que la démence sénile : Définition et prise en charge

La démence sénile : Qu’est-ce que c’est ?

La démence sénile est une pathologie neurodégénérative du système nerveux central entrainant une baisse lente et irréversible de l’ensemble des capacités cognitive du patient. Petit à petit la personne souffrant de démence voit son intelligence et sa capacité à gérer les émotions décliner entrainant des comportements puérils et une grande versatilité de l’humeur (passage du rire aux larmes,accès de sommeil…).

Elle inventera des histoires et sera pourtant persuader de leur véracité. De même la socialisation et le sens des valeurs s’estompent peu à peu. Ainsi, il n’est pas rare de constater des comportements déviants (agressivité, vols,…) chez les seniors souffrant de démence. On parle de démence sénile quand le patient à plus de 60 ans.

Les symptômes de la démence sénile : Comment la reconnaitre ?

Au début de la maladie les symptômes sont léger et peuvent passer quasiment inaperçu. On constater simplement que la personne âgée est un peu dépressive et semble moins alerte que d’habitude. Puis des troubles de la mémoire, du langage et de la concentration apparaitront.

Si vous constatez des pertes de mémoire anormale (début d’amnésie), des problèmes d’orientation dans l’espace, des difficultés à parler ou une baisse de l’activité intellectuelle, il faut consulter un spécialiste rapidement. Le médecin commencera par effectuer un électroencéphalogramme mais celui-ci ne pourra poser le diagnostic qu’après avoir réalisé un scanner et déceler une atrophie progressive du cerveau.  

La mémoire à court et long terme est la première touché avec des difficultés à retenir les informations nouvelle (oublie de rendez-vous, …)  et un début d’amnésie rétrograde. Il est également possible que la personne revive sans cesse certaines scènes de leur vie (enfance,…).

Puis des troubles du comportement se produisent rapidement. Par exemple le patient peut oublier de se laver, adopter une conduite délirante ou avoir du mal à parler. Les troubles mentaux s’aggraveront mais il n’est pas impossible que certaines facultés de base persistent (calcul simle,…). Au dernier stade de la démence sénile le patient devient asocial avec des conduites allant de l’isolement (il ne veut plus voir personne) à des vols et des dégradations. Au dernier stade de la démence sénile, la perte d’autonomie est totale.

Différents type de démences

On classe les démences séniles en trois catégories :

  • La démence sénile dite vasculaire à une prévalence de moins de 20% chez les personnes âgées touchées. Elle se traduit principalement par des troubles mnésiques associé à d’importante variation d’humeur et une diminution générale des réflexes et de la tonicité.
  • Une personne sur trois est touchée par une démence sénile dégénérative simple. Dans ce type de démence la personne âgée raconte de nombreuses histoire et mensonge. Puis elle a du mal à se souvenir de son entourage avec une confusion mentale progressive. La mémoire est également endommagée avec des oublies d’évènement proche et lointain.
  • La démence sénile mixte concerne une personne sur deux et est un mélange des deux premières formes.

Traitement et prise en charge

Il n’existe pas de traitement efficace permettant de guérir la démence. Il est juste possible de ralentir la progression de cette maladie dégénérative.

Parmi les traitements médicamenteux, il est possible d’essayer un inhibiteur du cholinestérase ou un médicament régulant l’activité d’un neurotransmetteur (glutamate). Ces deux médicaments ont des effets indésirables notables (nausée,..) mais ils ralentissent dans une certaine mesure la progression de la maladie.

Que faut-il faire ? Comment se comporter avec une personne sénile ?

Il faut aider la personne à vivre avec la démence en adaptant les lieux (moins de meubles, …) et en proposant une occupation. Cette thérapie occupationnelle aide la personne à mieux vivre avec sa maladie.

Enfin, il faut garder son calme et essayer de contredire le moins possible une personne souffrant de démence sénile. Il faut mieux la rassurer que d’essayer de lui faire entendre raison.